Store

Livres

L'Art de compter

« Au début était le Conte, puis s’ouvrit le Grand Livre de comptes et en sortit le Compteur ou l’Homme-aux-comptes. Depuis, le Monde porte des lunettes. »
C’est avec cette première proposition que débute L’Art de compter, texte hybride réglé comme une horloge à musique répétitive.
Entre poésie, économie et philosophie, le texte laisse la mécanique comptable sortir du sillon, exposer ses motifs, asséner sa logique, affirmer sa volonté, donner la pleine mesure de ses intensités : « Les laissés-pour-compte auront leur compte en laisses, attaches, épingles, ligatures, liens, ficelles et cordes d’imagination. Nul ne sera exclu. Nul ne restera sur le bord du sillon. »
Peut-on éconduire les bonnes intentions de la fiction comptable humaniste ? Peut-on échapper à la mobilisation comptable ? Peut-on habiter le monde autrement qu’économiquement ? Peut-on se permettre d’être simplement loin du Compte ?
L’Art de compter ne répond à aucune de ces questions. Il se contente de donner la parole au Compte, de laisser la fiction comptable se déployer, exprimer sa démesure.
Si compter est un art et si « la science calcule plus qu’elle ne pense » (Heidegger), l’Homme, ce calculateur précoce, déchiffre sans doute plus qu’il ne chiffre, étant cet Indéchiffrable veillant au cœur de toute sommation.